3 stratégies simples et pratiques pour développer un esprit de growth hacker

développer une mentalité de growth hacker

À quoi pensez-vous quand vous entendez le terme growth hacking ? Si vous êtes comme la plupart des gens, la première chose qui vous vient à l'esprit est probablement celle de «startups» ou... rien. 

Pourtant, en tant qu'entrepreneur.e vous avez tout à gagner à vous familiariser avec le monde du growth hacking.

Les growth hackers sont généralement définis comme des spécialistes du marketing ayant une expérience de la programmation et une mentalité de pirate informatique. Ils sont aussi à l'aise avec le marketing direct et la création de contenu qu'avec les bases de données, l'A/B testing et divers langages de programmation. Ces spécialistes aux compétences hybrides trouvent des moyens incroyablement créatifs d’attirer rapidement les utilisateurs, avec un budget restreint.
Face au flot d'informations sur internet, il devient de plus en plus difficile de "rencontrer" ses clients et de se faire connaître. La concurrence est féroce, les comportements utilisateurs changent et les individus sont hyper sollicités.

Alors comment s'extraire de la nasse et toucher votre cible ? c'est ici qu'intervient le growth hacking.

Pensez à Airbnb. Aujourd'hui, c'est une société connue mondialement. Pourtant, à ses débuts, Airbnb n'était rien d'autre qu'une idée dans la tête de ses fondateurs.
Alors pour se faire connaître rapidement et tester le modèle économique, les développeurs d'Airbnb ont crée un petit programme basique qui leur a permis d'attirer plus de visiteurs sur leur site en diffusant automatiquement les annonces Airbnb sur l'équivalent américain de Leboncoin, Craigslist.

La messagerie Hotmail a augmenté le nombre de ses utilisateurs en collant son nom et un lien vers une inscription gratuite dans la signature de chaque courrier électronique envoyé par ses utilisateurs.

Ce sont ces tactiques de marketing gratuites qui ont conduit à une croissance rapide et mesurable.

 

Le growth hacking n'est pas un truc de startup

Patrick Walsh, propriétaire de la maison d'édition Publishing Push, a écrit dans un article du Guardian qu'il se servait de techniques de growth hacking avec un effet remarquable sur sa croissance. Pourtant sa société n'est pas une startup.
L'incursion de Walsh dans le monde du growth hacking est venue de sa frustration face à ses efforts publicitaires sur Facebook. Malgré tous ses efforts et l'argent dépensé, il n'a jamais obtenu les résultats escomptés.
Le PDG de Publishing Push s'est alors tourné vers une astuce de growth hacking basique : construire un tunnel d'acquisition pour mieux cibler les visiteurs du site web de sa maison d'édition.

Il a généré un pixel de suivi à l'aide de la plate-forme publicitaire Facebook et l'a placé sur son site Web afin de mieux cerner ses véritables utilisateurs. En utilisant les données glanées avec le pixel de Facebook, Walsh a pu élaborer une stratégie de reciblage pour ses publicités Facebook qui lui permettrait de toucher les bonnes personnes.

Mais il ne s'est pas arrêté là. Il a également fait des tests A / B pour évaluer les performances de plusieurs annonces, chacune avec une copie et des images différentes. Il surveillait ses taux de clics et ses conversions pour chaque annonce et utilisait les résultats pour choisir l'annonce la plus performante, ce qui augmentait le nombre d'enquêtes et de ventes éventuelles générées via le canal.

Walsh a conclu que le growth hacking avait sa place dans toute entreprise qui utilise le Web à des fins de marketing (ce qui concerne tout le monde aujourd'hui). Il s’agit de renoncer à l’ancienne approche consistant à dépenser beaucoup d'argent en marketing et en publicité sans pouvoir mesurer ses résultats et s'adapter rapidement en conséquence.

Il s’agit de renoncer à l’ancienne approche consistant à dépenser beaucoup d'argent en marketing et en publicité sans pouvoir mesurer ses résultats et s'adapter rapidement en conséquence.

Voici 3 stratégies simples et pratiques pour développer un esprit de growth hacker dans votre entreprise :

 

 

 

Faire de l'expérimentation (et gérer la possibilité d'échec qui va avec)

Voici comment les choses se gâtent habituellement; les startups utilisent des techniques de growth hacking expérimentales simplement parce qu’elles n’ont pas d’autre choix: il n’ya pas d’argent, ni de presse à la porte. En revanche, les entreprises mieux établies ont tendance à être beaucoup plus réticentes à prendre des risques. Elles ont construit quelque chose qui fonctionne, et elles ne veulent pas s'écarter de ce qui les a conduit là.

Mais cela ne laisse pas la possibilité de libérer beaucoup plus de potentiel de croissance. Comme Walsh l'a montré, il existe des moyens de réorganiser certaines de vos initiatives marketing pour attirer encore plus de clients. Bien sûr, il est possible que vous échouiez, mais si vous pensez vraiment comme un growth hacker, vous n’avez pas investi beaucoup de temps ou d’argent dans une expérience donnée et… vous avez "Raté vite". Résultat - Les pertes seront minimes alors que les gains pourraient être énormes.

Vous devez partir d'une base d'utilisateurs. Voilà votre terrain de jeu en matière de growth hacking. Dans vos tests de growth hacking, il serait complètement insensé d’essayer d’apporter des modifications qui toucheraient des centaines, des milliers, voire des millions de clients. Mais vous pouvez commencer petit: choisissez un petit sous-ensemble de clients pouvant servir d’échantillon de données valides et essayez d’apporter des modifications susceptibles d’améliorer les taux de conversion, les clics ou toute autre mesure à améliorer.

Amazon est un bon exemple ici. Alors que le géant de la technologie utilise des techniques publicitaires traditionnelles - panneaux d'affichage, publicités télévisées, etc. -, il fait également une quantité considérable de " campagnes marketing" hyper ciblées. Utilisant une infime partie de sa base d'utilisateurs, Amazon teste différentes bannières, CTA et autres fonctionnalités sur son site pour déterminer celles qui convertissent le mieux. Vous pouvez faire la même chose: choisissez une ou deux petites choses et exécutez des tests A / B pour voir comment optimiser votre site. Encore une fois, il s’agit d’une activité à faible risque et potentiellement très rentable qui s’intègre parfaitement dans le credo du growth hacker.

 

 

Télécharge notre cours complet

Pour gagner en agilité

 

 

 

 

Prenez des décisions basées sur les données

L'analyse et les données sont au cœur du growth hacking. Pour les growth hackers, essayer quelque chose qui n'est pas mesurable est une perte de temps et de ressources. Les données sont un indicateur de réussite ou d'échec d'une stratégie.
Même les plus grandes entreprises sont toujours à la recherche de moyens de réduire leurs dépenses. Examinez vos propres dépenses et identifiez les domaines dans lesquels vous engagez des ressources sans aucun moyen de suivre vos résultats (la publicité Facebook par exemple ? ).

Maintenant, à vous de répéter ces phrases pour qu'elles deviennent vos nouveaux mantras, et vous développerez une mentalité de growth hacker :

  • Réduisez vos dépenses en canaux marketing qui ne sont pas mesurables.
  • Expérimentez une idée de base ( vous l'améliorerez au fur et à mesure ).
  • Analysez vos données.
  • Evitez de dépenser de l'argent.
  • Soyez créatif.
  • Développez votre idée par vous-même et quand vous n'avez pas la compétence, apprenez le faire.

 

Have fun and share it !