Porter un projet professionnel qui a du sens : devenez entrepreneur responsable !

Le monde de l'entrepreneuriat est en train de changer : de plus en plus de porteurs de projet souhaitent apporter du sens à leur projet professionnel. Par Héloïse Martineau

Que vous soyez plutôt tenté par l'associatif, le collectif, le partage, le soutien, l'ess ou l'entrepreneuriat classique comme la création d'entreprise, vous êtes quoiqu'il arrive un "entrepreneur".

"L’entrepreneuriat (et non « entreprenariat » malgré l'usage oral plus commun) recouvre les activités qui concourent à la formation et la croissance d'une entreprise, dont la conséquence première est la création de valeur (richesse, emploi). Cela peut aussi concerner des formes d'organisation sans but lucratif, par exemple dans l'entrepreneuriat social." source wikipedia

Les formes d’entrepreneuriat varient selon le type d’organisation qui est mis en place.

Oui, même les associations ont une forme entrepreneuriale

Les associations et les entreprises ont au moins un point en commun : dans les deux cas, elles sont portées par des entrepreneur.e.s, des personnes qui entreprennent un projet (associatif ou d'entreprise).

La démarche entrepreneuriale est la même, seule la finalité (le profit, le bénéfice) diffère.

Pour l'association à but non lucratif (loi 1901), tout excédent financier doit être réinjecté (réinvesti) dans l'association.

Pour l'entreprise, cela dépend de sa forme juridique, fiscale et de gouvernance. Certaines entreprises privilégient une gouvernance équitable avec une juste répartition des profits entre tous les acteurs de l'entreprise (direction, cadres, salariés, actionnaires), d'autres privilégient le réinvestissement dans l'entreprise, d'autres encore privilégient les dividendes, les bonus et l'optimisation fiscale dans un but de valorisation financière.

 

 

L'entrepreneuriat en mode disruption

La compréhension que nous avons de l’entrepreneuriat doit beaucoup à l’économiste Joseph Schumpeter ainsi qu’à l’école autrichienne. Pour Schumpeter (1950), un entrepreneur est une personne qui veut et qui est capable de transformer une idée ou une invention en une innovation réussie. L’entrepreneuriat conduit à une « destruction créatrice » dans les marchés et les secteurs de l’économie parce que de nouveaux produits et modèles économiques arrivent et remplacent les anciens. Ainsi, la destruction créatrice (la disruption) est à l’origine du dynamisme industriel et de la croissance à long terme selon certaines théories économiques.

Cette idée de la disruption (la destruction créatrice), largement employée ces dernières années par les entreprises technologiques et confortée par les modèles ultra-libéraux de l'entreprise, valent à l'innovation technique, mais aussi à l'innovation d'usage, des réticences toujours plus vivent de la part des utilisateurs.

L'entrepreneuriat sous toutes ses formes

Pour K. Knight (1967) et Peter Drucker (1970), l’entrepreneuriat consiste à prendre des risques. L’entrepreneur est une personne qui est prête à mettre en jeu sa carrière et sa sécurité financière pour mettre en œuvre une idée, à mettre son temps et son capital dans une entreprise risquée.

Une autre définition de l’entrepreneuriat décrit le processus de découverte, d’évaluation et d’exploitation d’occasions. Ainsi un entrepreneur peut être défini comme « quelqu’un qui agit non en fonction des ressources qu’il contrôle actuellement, mais qui poursuit inlassablement une occasion » (Jeffry Timmons).

En 1985, G. Pinchot introduit le terme d' Intrapreneuring (transposé en « intrapreneuriat » en français) pour décrire les activités entrepreneuriales au sein même d’une grande organisation.

Dans ce concept, il y a un leader, l’entrepreneur, qui est la force motrice à l’origine des faits économiques. Dans l’esprit de cet entrepreneur, il y a une vision de l’avenir qui est préférable à celle de l’état présent. Cette vision est mise en œuvre rapidement et avec enthousiasme par l’entrepreneur. Le travail réalisé peut procurer le sentiment de vivre pleinement ou la satisfaction de rendre service à la société.

Classiquement, l'entrepreneur s'engage dans des activités lucratives et devient chef d'entreprise.

L'entrepreneuriat social 

Depuis quelques décennies, une nouvelle catégorie d'entrepreneurs dispose d'une visibilité grandissante, les entrepreneurs sociaux.
Les entreprises qu'ils créent n'ont pas une finalité lucrative, mais une finalité sociale : il s'agit de répondre à des besoins sociaux et/ou environnementaux peu ou pas couverts par le marché.

Citons à titre d'exemple Muhammad Yunus, fondateur du système du micro-crédit et de la banque Grameen, Florence Nightingale, pionnière des soins infirmiers modernes, Maria Montessori qui a créé une école fondée sur une nouvelle approche des besoins pédagogiques. Fulton Jr., Burton W. (1987) The Myth of the Robber Barons, Young America.

 

 

 

L'entrepreneuriat à impact 

L'entrepreuneuriat à impact est une forme d'entrepreneuriat social empruntant aux codes de l'entrepreneuriat classique un certains nombre de méthodologies. L'accent est mis sur l'innovation (sociale, environnementale) et les mesures d'impact, des indicateurs permettant de mesurer l'efficacité et la pertinence des actions mises en oeuvre.

Le profit est perçu comme un moyen au service d'une mission sociale et /ou environnementale.

L'entrepreneur à impact préfère mettre ses compétences au service de l'intérêt général plutôt que de chercher le profit personnel.
Citons, quelques exemples comme Simplon, Yuka, Phenix,

Et les entrepreneurs responsables dans tout ça ?

L'entrepreneuriat responsable est avant tout une responsabilisation de l'entrepreneuriat dit classique.

L'entrepreneur responsable questionne la finalité de sa démarche et les moyens qu'il met en oeuvre pour y arriver.

L'entrepreneur responsable souhaite donner du sens à son projet, à travers un ensemble d'actions.

 

 

Télécharge notre cours complet

Pour gagner en agilité

 

 

 

 

 

Enjoy and share it !