Pourquoi vouloir créer son propre emploi ?

Dans un marché de l'emploi atone, la création d'entreprise est une manière de créer son propre emploi tout en se choisissant une nouvelle trajectoire professionnelle.



Les derniers chiffres de Pôle Emploi montrent une tendance à la baisse du nombre de créations d'emploi depuis la crise de 2008 (source Pôle Emploi Statistiques et études 2020) . En même temps, les emplois proposés offrent de moins en moins de sécurité à long terme, puisque la grande majorité des emplois proposés sont des contrats courts. 93% des emplois proposés sont des CDD de moins d'un mois (source Pôle Emploi Statistiques et études 2020).

 

Les créations d'emplois vs les destructions d'emplois

Quelle est une des causes du nombre toujours plus réduit de création d’emploi ? 

la transformation des entreprises vers davantage d'automatisation des tâches, que ce soit dans la production industrielle ou dans les services administratifs. 

Pour gagner en rentabilité, les entreprises ont transformé leurs systèmes de production et leur gestion administrative: robots, logiciels... L'objectif étant de faire diminuer les coûts de production et de fonctionnement, en automatisant les tâches répétitives et prévisibles.

Le recours de plus en plus fréquent à des sous traitants participe aussi à la moindre création d'emplois. En externalisant certaines ressources, parfois des services entiers (comptabilité, RH...), l'entreprise bénéficie d'une diminution des charges fixes que constituent les salaires de ces emplois, la surface de ces bureaux ou ateliers et fait baisser du même coup les charge de travail en gestion du personnel (paies, formations, mutuelles, instances de représentation du personnel, ...). Ce qu'elle paie à une autre entreprise pour effectuer un service à sa place lui revient moins cher que de réaliser ce service elle-même. 

On pourrait penser que, mécaniquement, les emplois non créés par une entreprise le sont par ses sous-traitants, et qu'ainsi ils compensent cette diminution ici par une augmentation du nombre d'emplois créés là-bas. Mais il n'existe pas d'effet de vases communicants, ce n'est pas comme si un stock se vidait d'un côté (une entreprise a tendance à créer de moins en moins d'emplois) pour se remplir de l'autre (une autre entreprise a tendance à créer de plus en plus d'emplois). Il s'agit davantage d'une mutualisation des coûts allant de plus en plus vers une spécialisation des activités et des savoirs. 

Si 10 entreprises externalisent leur service de gestion comptable et RH, le cabinet d'expertise comptable qui aura la charge des services de ces 10 entreprises pourra les réaliser sans avoir à fournir le même nombre d'emplois que ces entreprises l'auraient fait si elles avaient pris en charge ces services elles-mêmes. Le cabinet étant spécialisé dans les services proposés, il a mis en place des process et des outils qui lui permettent d'être capable de réaliser les mêmes opérations avec moins d'emplois créés. 

 

La qualité des emplois proposés

Le dynamisme du marché de l'emploi ne se mesure pas seulement au nombre d'emplois proposés, mais aussi à la qualité des emplois proposés. Salaire, durée, type de contrat, qualifications requises, conditions de travail, le marché de l'emploi se dégrade.

Selon Pôle emploi, 93% des emplois proposés sont des CDD de moins d'un mois (source Pôle Emploi Statistiques et études 2020). Le CDI est devenu un objet rare, réservé à des personnes diplômées, dans des emplois très qualifiés, ou aux emplois très peu qualifiés (employé de libre service, hôtesse de caisse). Il est synonyme de sécurité de l'emploi pour les premiers et de siège éjectable pour les deuxièmes en vertu des conditions de rupture conventionnelle.

 

La polarisation territoriale des emplois

Le nombre de créations d'emplois sur le territoire national est un indicateur d'une tendance générale, mais il ne montre pas les différences entre les territoires. Pourtant, c'est bien à l'échelle locale que les demandeurs d'emplois cherchent à retrouver du travail et que les entreprises cherchent à recruter leurs nouveaux collaborateurs. 

Les métropoles attirent la grande majorité des emplois de leur région, c'est aussi là où les emplois sont les plus qualifiés, et les offres les plus diversifiées. Hors métropoles, certains bassins d'emplois arrivent à créer des emplois grâce à une hyperspécialisation: une ou deux entreprises locales fournissent la majorité des emplois sur le territoire. Ce sont généralement des entreprises industrielles qui proposent des emplois peu qualifiés, en horaires continus (source DIRECCTE Diagnostic des missions locales 2020). Les autres territoires, plus isolés ou qui étaient spécialisés dans une activité qui a disparu, sont en pénurie d'emplois. Leurs habitants voient leurs perspectives d'emploi diminuer et leurs conditions de vie se détériorer alors même que les besoins du territoire ne sont pas satisfaits.

Aujourd'hui, même les métropoles connaissent une croissance nulle en terme de créations d'emplois (source Pôle Emploi Statistiques et études 2020). 

 

La création d'entreprise pour créer son propre emploi

En situation de recherche d'emploi, on se retrouve dépendant des offres sur le territoire dans lequel on vit. En fonction de son niveau de qualification, des secteurs d'activités qui proposent ces emplois, et de la nécessité d'un emploi pérenne pour avoir accès à un logement ou à l'emprunt bancaire, il n'est pas rare de se retrouver sans solutions. 

La création d'entreprise est une alternative intéressante à la recherche d'emploi dans un contexte d'emploi difficile (un marché de l'emploi dégradé). La prise de risque que constitue la création d'entreprise est compensée par les opportunités qu'elle offre de s’adapter aux mutations sociales et économiques.

D'abord elle constitue une opportunité de trouver un emploi qui répond à ses qualifications (source Pole Emploi, les entreprises créées par les demandeurs d’emploi résistent au temps et consolident leur activité, octobre 2018), dans un contexte où les emplois à pourvoir sont soit peu qualifiés soit très spécialisés sur un territoire. Si vous êtes ingénieur informatique sur un territoire où il n'y a pas d'offres dans ce domaine mais qu'il existe beaucoup d'offres pour des emplois d'auxiliaires de vie, créer votre entreprise vous permettra d'exercer votre métier. 

C'est aussi l'opportunité d'apporter une réponse à un besoin sur le territoire. Pour reprendre l'exemple de l'ingénieur informatique, dans une époque où le numérique prend beaucoup de place dans nos vies de tous les jours, les besoins en services pour les entreprises et les particuliers sont en augmentation dans le secteur très large des échanges et du traitement de l’information numériques. La transformation numérique des entreprises et la formation en compétences numériques des individus sont des besoins bien réels sur tous les territoires. Les risques pris pour la création d'une entreprise qui soit capable de répondre à ces besoins sont très mesurés puisqu'elle est assurée de trouver un marché, qui reste à étudier et à définir.

 

différentes formes d'entreprises à créer

La prise de risque est le principal frein pour qui voudrait lancer son activité. Par rapport au travail salarié, elle n'apporte pas immédiatement la sécurité de l'emploi que représente un revenu mensuel. Mais la sécurité de l'emploi s'est diluée ces dernières décennies, en raison de l'augmentation de la part des contrats courts (<18 mois) dans les offres proposées (source Pôle Emploi Statistiques et études 2020). 

Le statut d'auto-entrepreneur (ou micro entrepreneur) est le statut le plus précaire du créateur d'entreprise, en compensation il permet de bénéficier d'allègements de charges et de formalités administratives allégées. Mais il fait supporter au créateur d'entreprise (individu) des charges qui sont traditionnellement supportées par l'entreprise (cotisations sociales de santé, formation, retraite, les assurances professionnelles), sans la couverture sociale du chômage dont on bénéficie quand on est salarié. Ce statut reste une option intéressante quand on veut se lancer avant de choisir un statut définitif.

Il existe d’autre statuts d’entreprise individuelle que celui de la micro entreprise, et le créateur d'entreprise peut aussi développer son activité sous des formes différentes de l'entreprise commerciale classique. Pour réduire la prise de risque ou pour concilier son projet avec ses valeurs, on peut choisir de développer des projets collectifs et créer une coopérative ou une association dont on sera salarié. Ainsi on retrouve une situation de sécurité de l'emploi et de couverture sociale, supportée par l'entreprise, coopérative, ou association, en retour de la participation à son développement.

 

Pour conclure, on peut dire que pour trouver un emploi aujourd’hui, il faut envisager la création d’entreprise comme une possibilité de réaliser cet objectif. Elle répond à de multiples besoins: territoriaux, d’expression de ses compétences individuelles, de réconciliation entre vie privée et vie professionnelle, de reconversion ou encore pour faire converger intérêt collectif et dynamique économique locale.

Super Utilisateur